Google vs. Presse française, une idée qui ne date pas d’hier

Posté par Lionel Tardy le oct 19, 2012 dans Regards, sphère professionnelle |

Dans la partie de bras de fer que la presse française voudrait lancé contre Google, avec le soutient de notre ministre de la culture Aurélie Filippetti, quelques anciens se rappelleront peut être d’une même partie qu’avait voulu engager, à l’âge d’or du 45 Tours, certains éditeurs de musique contre Europe N°1.

google

Flash back
S’appuyant sur le fait que les galettes de vinyle sont étiquetées : « TOUS DROITS DU PRODUCTEUR PHONOGRAPHIQUE ET DU PROPRIETAIRE DE L’ŒUVRE ENREGISTREE RESERVES. SAUF AUTORISATION. LA DUPLICATION, LA LOCATION, LE PRET, L’UTILISATION DE CE DISQUE POUR EXECUTION PUBLIQUE ET RADIODIFFUSION SONT INTERDITS« , un génie de l’idée nulle (ils ont la peau dure) avait émis l’hypothèse qu’une radio périphérique comme Europe N°1 et ses émissions musicales en vogue comme « Salut les copains » pourrait payer une redevance aux éditeurs. Ces éditeurs et leurs œuvres étant à la source même du succès de ces émissions (40% des 12 – 15 écoutaient SLC du lundi au vendredi de 17h à 19h). Ce génie oubliait que ce type d’émission lui faisait vendre des millions de vinyle.
Un bel échange de bons procédés !!!

Quoi de plus aujourd’hui, même si nous pouvons le regretter, puisque 50% de l’audience du site de l’Express provient d’un lien Google !!!
Bien sûr, Google est un géant à l’antithèse de la pluralité et nos magazines perdent de l’argent.

Mais que feraient ils sans lui ?
Le « remède – taxe » ne serait il pas pire que le mal ?
Ou comment la taxe tue son bénéficiaire, les exemples ne manquent pas dans l’histoire plus ou moins récente de notre belle nation toujours pleine d’idées « neuves ».

A méditer.

Partagez ce billet avec votre réseau :
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Twitter

Mots-clefs :,

Ecrire

Copyright © 2017 Lionel Tardy blog Tous droits reservés.
siret 337 840 425 00025