Galaxy tab, test et avis après un mois d’utilisation

Posté par Lionel Tardy le déc 31, 2010 dans Regards, sphère professionnelle |

Étant un fan des produits à la pomme, ayant essayé l’iPad pendant 3 semaines et l’ayant trouvé :
- trop lourd pour un usage en mobilité intensif
- trop grand pour ne pas être ridicule dans les transports, sauf TGV et Avion que je ne prends malheureusement pas fréquemment
- trop fermé pour s’en servir d’ordinateur annexe ou terminal convivial pour la famille (pas de multi session)

et enfin un Steve Job qui troc son génie pour nous dire ce qu’il faut penser d’une façon des plus intéressés :
- pas de Divx, car j’ai des deals avec l’industrie du cinéma à faire fructifier avec ma machine à cash (iTunes)
- pas de Flash, car trop gourmand en mémoire et batterie, mais surtout redoutable challenger pour mes distractions ludiques (jeu) que je commercialise sur ma machine à cash (appStore)
- pas de réel management des médias pour vous protéger des virus, mais surtout pour vous amener, tel un cheval de Troie, à la consommation d’autres produits pommés.

Bref, bien que « surPommé » (iPhone, MacBookPro, CinemaDisplay, iTv, AirportExtreme…) je l’ai revendu au bout d’un mois (mon iPad)… Steve, tu es un pionnier, mais tu vas trop loin (surtout pas assez côté fonctionnalités).

L’annonce de l’arrivée d’un vrai challenger, la Galaxy Tab de Samsung, avec son écran tactile capacitif, Android 2.2 (Froyo), la prise en charge du Flash, 16 Go de stockage extensible par microSD, le Wi-Fi n, le Bluetooth 3.0, le GPS et avec en plus la possibilité de téléphoner, m’a de suite excité.
Je l’ai donc pré commandé chez mon distributeur préféré et ses 5% de remise adhérents, sans attendre les offres en trompe-l’oeil des opérateurs (seul orange, à ce jour, offre un large choix de forfaits data ou data/voix).
Il faut dire qu’avec ma deuxième ligne téléphonique avec data j’étais prêt à y glisser une carte sim pour tester toutes ses fonctionnalités.


Il faut quand même casser sa tirelire, car avec seulement 16 Go, updatadé à 48 Go grâce à l’adjonction d’une grosse micro SD elle revient à 800 euros, comparé aux 799 € de l’iPad 64 Go (mais qui commence à 499 en 16 Go uniquement Wifi) ou aux 739 € de l’iPhone 4 32 Go.

Les deux différences majeures qui la distinguent de son prestigieux concurrent c’est une taille de 7 pouces 16/9 et Android.
Alors, comment s’en sort-elle ?

Tout d’abord, elle est :
- plus légère (380 g), je la porte d’une seule main sans fatiguer
- plus petite (7 pouces) donc moins encombrante, je la glisse « presque » partout
- plus ouverte pour y classer les pièces jointes des mails, même si avec un Os mobile comme Android il n’y a pas de multi session.

et elle est aussi :
- plus multimédia, divx, full HD, sortie hdmi (sur son doc)
- plus web (tout le web) avec Flash 10.1 activable à la demande (comme Frash sur iPhone) pour ne pas se prendre toutes les pubs

Je vais donc essayer de faire un tour d’horizon de cet ovni avant de conclure sur la place qu’elle peut se faire au coeur de notre vie numérique.

Son aspect

Des la prise en main de la boîte (blanche, clin d’oeil à la pomme) l’objet aiguise ma curiosité et montre que Samsung a apporté un soin tout particulier à sa fabrication.
Avec un cadre noir d’un centimètre entourant l’écran pour une bonne prise en main, la sobriété de l’appareil (marque en haut et quatre boutons tactiles en bas) et la qualité des plastics, un aspect classe et luxe se dégage à son premier contact.

Son Format, idéal ?

7 pouces, ratio 16/9 avec une résolution de 1024 x 600, même sans la technologie super Amoled, l’écran LCD TFT, avec un contraste de 922:1 et une luminosité de 348,8 cd/m2, est très bon, mais Samsung aurait pu le traité antitrace de doigt, pas glop!!!.

À l’usage, le format est idéal comme compromis entre la mobilité, la légèreté (certains la mettront dans la poche intérieure de leur veste)
et la qualité de visualisation (des films) sauf en plein soleil.

Sa réactivité

La Galaxy tab est très réactive, fluide et les programmes se lancent rapidement grâce à un processeur d’application Samsung Hummingbird ARM Cortex A8 à 1 GHz, associé à un processeur graphique PowerVR SGX 540, et 512 Mo de mémoire vive.

Côté Internet, c’est un premier point faible, du à Flash me direz-vous, et bien non semble-t il, car même désactivé la réactivité du navigateur n’est pas au rendez-vous. Bien que la Galaxy Tab soit équipée de Froyo dont le moteur javascript a été optimisé de façon significative, l’expérience utilisateur est véritablement impactée par la lenteur et les saccades des scrollings (horizontaux et verticaux).

Mon conseil est d’utiliser Dolphin Browser HD (navigateur nettement plus réactif, avec ou sans Flash) et qui s’affiche en plein écran.
Pour les sites tout en Flash les résultats sont contrastés. Cela dépend essentiellement de l’objectif des développeurs et du profil de machine visé.

Ses capacités multimédias

Le Galaxy Tab embarque nativement deux lecteurs audio, l’un relié au magasin en ligne 7Digital, l’autre avec préréglage son, gestion de liste de lecture et compatible avec un casque Bluetooth stéréo.

Pour la lecture des vidéos, la taille de l’écran en 16/9 se veut très confortable, un excellent compromis entre confort visuel et mobilité. De même que la prise en charge de multiple format (1080p) DivX, Xvid, mkv, WMV, H 264 …

La tablette fera le tour de vos médias audio et vidéo contenus dans sa Ram ou sur la SDcard, à vous de bien gérer leurs emplacements.
Le partenariat en France avec Video Future vous ouvre les portes de la VOD (avec en prime les 2 premières locations gratuites).

Pour finir, l’appareil photo, pas de miracle, qualité et couleurs, mais en extérieur (3 megas pix seulement) et attention à ne pas mettre les doigts sur l’objectif.

Son ergonomie

Sa taille est très adaptée à la saisie de texte. En mode paysage à deux mains avec les deux pouces ou posée avec tous les doigts, aidée par la complétion automatique et la proposition du mot suivant (hors resultats etranges), la Galaxy tab offre une grande rapidité de saisie.

L’application SMS ressemble très fortement à celle de l’iPhone et Twidroyd en mode paysage, c’est la quadrature bonheur pour les rédacteurs de messages courts de tous poils.

Mais comment téléphoner avec cette tablette ?

Samsung a règlé le problème de façon un peu brutale en autorisant uniquement les appels mains libres sur haut-parleur ou via un kit piéton stéréo filaire ou sans fil (aucun haut-parleur auriculaire n’est présent). Quoi qu’il en soit, l’interface de la couche téléphonie (personnalisée par Samsung) est facile d’utilisation.

Samsung a aussi opéré quelques modifications réussies d’Android dans le domaine ergonomique.
À la barre de notification est ajoutée les contrôles d’activation/désactivation du wifi, du bleutooth, du gps, du mode silence, du verrouillage rotation ainsi que du réglage de la luminosité.
En mode lecture musicale, il n’est pas nécessaire de déverrouiller l’appareil pour changer ou stopper le morceau

Toutes ces bonnes orientations ne masquent pas quelques gros problèmes :

Au niveau matériel, son écran LCD est protégé par une dalle très brillante !!! Je déconseille l’utilisation en plein soleil.

L’utiliser pour faire des photos et des vidéos peut vite être un cauchemar : il n’y a pas de bouton photo, et on ne sait pas comment la tenir, sachant que les commandes ne sont que tactiles et que la tablette est très glissante si on la tient d’une seule main. Enfin, les boutons sensitifs situés sous l’écran ne sont pas désactivés lors de la mise à l’horizontale de l’appareil, ce qui engendre des fausses manipulations à répétition.

En connexion Wi-fi, la Galaxy tab a du mal à se connecter si le point d’accès est difficilement accessible. Un nouveau firmware pourra probablement résoudre ces problèmes de connexion.

Toujours au niveau matériel, Samsung a choisi une batterie inamovible. En conséquence, la carte Sim s’insère sur le côté de l’appareil. Malheureusement, elle est facilement escamotable par quelqu’un de mal intentionné.

Pour recharger l’appareil, Samsung a choisi un connecteur propriétaire à 30 broches similaire à celui d’Apple, mais avec des contacts inversés. À l’heure de la normalisation, j’aurais préféré un connecteur standard au format microUSB ou mieux PDMI (Portable Digital Media Interface). Il faudra donc impérativement utiliser le câble USB fourni dans la boîte pour le recharger à un adaptateur secteur USB. La recharge est lente (comptez trois bonnes heures) et la Galaxy Tab ne pourra pas se recharger sur un port USB d’ordinateur sauf si c’est un USB 3.0 pour assurer l’intensité nécessaire.

Ses logiciels

Grâce à l’accès à l’Android Market, la Galaxy Tab profite d’un catalogue riche de quelque 100 000 applications. Certes, on est loin des 300 000 applications de l’App Store. Mais pratiquement toutes les applications de l’Android Market fonctionnent sur la tablette de Samsung alors que chez Apple seules 40 000 applications ont été développées spécialement pour la taille d’écran de l’iPad.

Côté applications embarquées, avant de s’attaquer à l’Android market :

Musique Hub (attention carte sim obligatoire), est un magasin de musique en partenariat avec 7Digital. Richesse du catalogue et prix compétitif pour du mp3 sans DRM.

Musique, est le player, bien plus efficace en mode portrait qu’en mode paysage ou il imite mal coverflow d’Apple. J’ai apprécié les réglages sonores et les options d’égalisation personnalisable.

Readers Hub, boutique en ligne, en association avec Kobo pour le livre et Zinio pour les magazines qui a ce jour ne propose rien en français (à part qqls journaux) et dont la monnaie est le dollar

eBooks, comme son nom l’indique, très bien optimisé pour la lecture jusqu’à l’animation du tournage de pages, différente si l’on tourne la page par le haut, le milieu ou le bas de la page. La taille de l’écran et les différents réglages permettent d’appréhender la lecture avec la tablette comme celle d’un vrai livre (un peu lourd)

E-mail vous permettra de gérer notamment les pièces jointes les sauvegarder, les lire pour certaines et le renvoyer grâce à la gestion du dossier download. compatible Exchange, rien à dire. L’application Gmail est aussi présente pour les habitués de la messagerie Google.

La maps, avec sa dernière version contenant la vue en perspective, localisation, trafic, navigation, tout y est, mais il vous faut la 3G ou passer à Navigon qui fonctionne parfaitement.

Les deux jeux Gameloft offerts, Asphalt 5 et Nova, sont de très bonne qualité avec un rendu fluide et complètement immersif

Ses Accessoires

Samsung, sur les traces d’Apple propose une série d’accessoire dédié.

Outre les indispensables étuis de protection et autres câbles USB et TV, on retrouve une station d’accueil avec des sorties mini HDMI et audio jack.
Samsung a également présenté une superbe station toute blanche intégrant un clavier azerty de 84 touches. Enfin, la voiture n’a pas été oubliée avec un chargeur allume-cigare et un kit de navigation qui s’installe sur le pare-brise pour utiliser la tablette comme GPS (pas de vidéo au volant).

En guise de (ma) conclusion

La Galaxy Tab n’est PAS un téléphone, mais une excellente tablette Internet avec ses spécifications techniques impressionnantes par contre elle semble bel et bien plombée par son prix !
À moins d’opter pour un forfait qui vous la fera payer à crédit avec 300 euros d’apport ;-)
Pour cela je vous conseille l’offre origami pour tablette d’orange à 36 euros/ mois (http://mobile-shop.orange.fr/forfait/forfait-origami-pour-tablette-24-mois)

Si vous la considérez comme votre téléphone mobile, ce n’est pas gagné, si vous la considérez comme un compagnon multimédia léger elle vous suivra partout ou même un netbook ne le ferait pas pour des services comparables. Essayer là avec Skype, elle est redoutable.

Bien sûr les ronchons diront qu’elle n’est pas assez pratique pour téléphoner, que c’est un baladeur audiovidéo trop cher (comparé à Archos), que pour filmer elle est trop imposante et que pour surfer sur internet on souhaiterait qu’elle soit plus rapide notamment en utilisant Flash.
Je dirais qu’en étant l’hybride de tout ça elle s’inscrit mieux que l’iPad entre votre Pc ou Mac portable et votre téléphone.

La mienne me sert tous les jours en mobilité pour plus de confort que celui que je trouve sur mon iPhone dès que j’ai un peu d’espace pour me poser.
Ce luxe a un prix.

Quant à l’avenir des tablettes, j’imagine 2 voies :
- les 10 pouces (4/3) qui iront manger l’herbe des netbook, macbook air et autres ultra portable, à mettre dans un sac, une valise ou sur la table du salon. Pour cela l’OS devrait être plus orienté ordinateur que téléphone mobile.
- les 7 pouces (16/9) pour une extension tout terrain de votre téléphone portable et cela sans vampiriser les ordinateurs portables. d’ailleurs BlackBerry, Nokia, HTC, semble s’orienter vers ce format.

Partagez ce billet avec votre réseau :
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Twitter

Mots-clefs :, , ,

Ecrire

Copyright © 2020 Lionel Tardy blog Tous droits reservés.
siret 337 840 425 00025