Cloud computing et le programme Magellan

Posté par Lionel Tardy le nov 30, 2009 dans sphère professionnelle |

Au ALCF comme au LBNL, les chercheurs ont la tête dans les nuages… de Magellan.

Il n’est plus à démontrer que le « cloud computing » est devenu un domaine privilégié parmi les secteurs de la recherche aux Etats-Unis.

En effet ce nouveau type d’architecture fournit un service « à la demande » d’applications et de logiciels, apportant ainsi une plus grande flexibilité dans la distribution des ressources. Pour la recherche scientifique ceci permet de centraliser les ressources et de les allouer avec une meilleure efficacité. Les performances des applications ne sont par ailleurs pas limitées puisqu’il est toujours possible pour les chercheurs de configurer les applications selon leur propre besoin. Face à cet élan pour le « cloud computing », l’U.S Departement of Energy (DoE) vient d’annoncer une nouvelle bourse de 32 millions de dollars, qui sera distribuée également entre l’Argonne National Laboratory (ANL) et le Lawrance Berkely National Laboratory (LBNL). Le programme a été nommé Magellan en l’honneur de l’explorateur portugais ainsi qu’en référence aux « nuages de Magellan », deux galaxies naines autour de la Voie Lactée

Pour tester les effets du Cloud sur la recherche scientifique, les centres du DoE du Argonne Leadership Computing Facility (ALCF) au ANL et du National Research Scientific Computing Center (NERSC) au LBNL installeront un réseau de puissance moyenne, similaire sur chaque site, mais dans des environnements informatiques différents. L’ensemble des systèmes créera un première plateforme de tests que les équipes du ALCF et du NERSC pourront traiter pour analyser les performances de cette architecture sur le calcul scientifique. Il offrira également des ressources très utiles pour les autres scientifiques qui utiliseront ce réseau pour leurs propres recherches. En effet le DoE est doté de l’un des superordinateurs les plus puissants au monde, cependant tous les travaux de recherche ne requièrent pas toute cette puissance de calcul. Grâce aux puissances moyennes de calcul fournies par les nouveaux équipements et la redistribution des ressources, le DoE espère répondre à une forte demande actuelle en terme de ressources informatiques.

Pour Pete Beckman, directeur du ALCF et directeur du projet. « Le cloud computing a le potentiel d’accélérer la recherche tout en tirant profit de collaborations dans une multiplicité de domaines allant de l’optimisation du stockage de l’énergie à l’analyse de données pour le recherche sur le climat, tout en économisant de l’énergie et en réduisant les coûts d’opération. Nous savons que le modèle fonctionne bien pour des applications commerciales, et nous travaillons actuellement à obtenir cette même efficacité dans les sciences« .

Au NERSC, le système sera accessible à plus de 3000 scientifiques fournissant au programme un échantillon conséquent de données. L’équipe du NERSC utilisera un logiciel de contrôle de performance pour analyser quelles sont les applications scientifiques qui sont adaptées à un tel environnement, et quelles caractéristiques sont nécessaires ou doivent être implémentées dans les équipements et les logiciels pour obtenir une optimisation des ressources et une efficacité maximale.

De plus, Magellan fournira des ressources de stockage de données qui pourront être utilisées par les équipes manipulant de larges quantités d’informations, produites par exemple par des instruments scientifiques comme les télescopes ou des séquenceurs de gènes. Ainsi, un ensemble de serveurs et de logiciels, recensé sous le nom de « Sciences Gateways », sera mis à disposition par le NERSC. Enfin les ressources du NERSC et de l’ALCF seront liées par un réseau innovant doté d’une capacité de débit de 100 Gbits/s , développé par la DoE’ESnet, une autre initiative fiancée par le Recovery Act.

source : Arnaud Souillé – bulletins-electroniques.com

Partagez ce billet avec votre réseau :
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Twitter

Mots-clefs :, ,

Ecrire

Copyright © 2020 Lionel Tardy blog Tous droits reservés.
siret 337 840 425 00025